Fernand Bignon, photographe et cinéaste.

Fernand Bignon, bord de l’Orne, 1926, tirage au bromure, 18,2 x 28,5, coll. Famille Bignon.

L ’œuvre de Fernand Bignon (1888 – 1969), photographe et cinéaste normand, présente une formidable synthèse photographique de l’art pictural développé par les Impressionnistes français, mais également par les paysagistes anglais ou les peintres flamands. Le dialogue entre photographie et peinture aboutit à la fin du XIXe siècle à la création du courant pictorialiste, auquel on peut rattacher Fernand Bignon en ce qu’il développe un art reproduisant les effets de la peinture à travers les moyens mécaniques et chimiques propres au médium photographique.

Agriculteur à Mutrécy (Calvados) entre 1918 et 1931, il y pratique, en amateur, et souvent au détriment de son exploitation agricole, une photographie artistique de qualité, nouant des liens avec quelques-uns des grands photographes de son époque (Puyo,Emerson…). Ceux-ci lui ouvrent les portes des salons de photographiesen France et à l’étranger oùil expose régulièrement, recevantmédailles et prix.Fernand Bignon utilise de petitsformats, propres à la préciositéde ses sujets, adoptant des compositions très soignées où le temps semble suspendu. Les paysages normands, de lavallée de la Seine au Cotentins’accordent parfaitement à ses choix esthétiques : il travaille à l’extrême les effets de lumières, s’appuyant sur les saisons (la neige, le brouillard, la douceur d’une lumière…), les motifs naturels (les arbres, l’eau…), le quotidien qui l’entoure (les promenades familiales, les jeux de ses filles, lestravaux de la ferme…).

Le fait que Fernand Bignon soit dans les années 30 devenu photographe professionnel à Gisors dans l’Eure, et qu’il se soit passionné pour le cinéma amateur est un heureux et dynamique complément à sa pratique de l’image fixe. Il entrer le mouvement et la fiction dans les images de FernandBignon qui pose un regard sur le monde qui l’entoure un regard plein de fantaisie, d’ingéniosité et de sensibilité. Photographe et cinéaste, Fernand Bignon traversera sa vie avec, à la main, un appareil photo ou une caméra 8 mm. 

Commissaires
Hélène Decaen Le Boulanger, Musée Villa Montebello.
Céline Ernaelsteen, assistée de Lily Harel, Ardi – Photographies.
Didier Mouchel, Mission Photo, Pôle Image Haute-Normandie.
Agnès Deleforge, Mémoire audiovisuelle et cinématographique, Pôle Image Haute-Normandie.

Fernand Bignon, photographe et cinéaste.
Festival Normandie Impressionniste 2010.
Musée Villa Montebello, Trouville-sur-Mer.
19 juin – 3 octobre 2010.

Exposition avec catalogue
Textes de Frédérique Closier et Céline Ernaelsteen, Julien Faure-Conorton, Didier Mouchel et Valérie Vignaux.
Editions Les cahiers du Temps, 120 pages, ISBN 978-2-35507-026-6, 20 €.